01  

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


"..attendre les tendances.." tout est dit !

  Texte en Français et en Anglais  
 

L'excommunication comme obligation.


Alors que le monde, à l'instar du "Titanic", est en train de couler inexorablement, le monde de l'art contemporain français fait tout
pour conserver les privilèges désuets d'un monde suranné, le bateau ne peut pas couler car les musiciens jouent encore.

Peut-on défendre une culture en se repliant sur soi-même? Doit-on protéger ce qui est déjà moribond? Peut-on avoir une bonne
vision de l'avenir en puisant dans des vieilles recettes? Comment au XXI e siècle ne met-on pas en avant la pluralité de la création
pour offrir l'extraordinaire diversité des points de vue? Voudrait-on faire de l'art français une science exacte? ou donner du monde
une vision élitaire et versaillaise? Mais un artiste n'est pas un sujet et encore moins un courtisan.

Comment accepter un protectionnisme artistique territorial périmé alors même qu'il faudrait se battre pour partager , donner, transmettre,
recevoir entre personnes de bonne volonté, entre citoyens du monde ? Comment défendre un blockaus culturel franchouillard alors que
Monsanto (OGM) ou d'autres ordures sont libres d'agir en France et dans le monde? Comment défendre des artistes français alors même
que nos ouvriers et nos paysans sont détruits et anéantis par un monde affairiste peu scrupuleux? (monde affairiste que le monde de l'art
courtise), comment peut-on faire une ligne Maginot culturelle alors que l'histoire nous a déjà prouvé sa dérisoire inefficacité? Et enfin
comment peut-on lutter face à l'Amérique, à la Chine ou même à l'Angleterre qui tentent d'imposer leurs codes culturels, leurs visions
stériles et puériles du monde et ce, par la force, par la puissance économique et surtout par la destruction de toutes les autres cultures?
ll y a entre les décisions et les visions des hauts fonctionnaires de l'art un antagonisme évident et une rupture profonde avec les choix
et les visions des artistes épris de liberté et de justice. Est-ce difficile de comprendre que " fonctionnaire de l'art" est le pire des oxymores?

Quand on est contre le racisme, on est logiquement pour le droit à la différence, quand on est pour la liberté et la justice on ne peut que
lutter contre le dogme et l'intégrisme, quand on est curieux et ouvert on doit même accepter les choses qui nous paraissent les plus
improbables, les plus éloignées de nous-même, rester fluide, les personnes les plus cultivées et les plus brillantes connaissent avec
humilité l'étendue de leur ignorance et optent toujours pour une remise en question permanente.
Quand on est soucieux et respectueux des autres cultures, alors il faut cesser de dire que la Gréce est le berceau de l'humanité, à moins
d'avoir une vision sectaire et impérialiste du monde (comme les américains ou les chinois)... le Mahābhārata vaut bien l'Illiade ...des
civilisations extraordinaires ont existées dans la vallée de l'Indus, en Orient et au Moyen-orient, et en Amérique du sud, alors comment
pouvons-nous négliger ou effacer leurs mémoires au profit d'une "culture blanche Gréco-romaine"? (une pensée pourrie aux relents
nauséabonds "Gleichschaltung"), les oligarques institutionnels arrogants qui par lâcheté ou par duplicité réfutent les évidences pour ne
pas bousculer les dogmes établis sont déjà obsolétes (la découverte de pyramides dans le monde entier, le site de Göbekli Tepe (Turquie),
le site de Yonaguni au japon, ou encore les ruines de Tiwanaku en Bolivie peuvent changer radicalement notre vision du monde, de l'art
et de l'histoire).
En France une nouvelle académie est née, tournée vers le passé, ce n'est ni volontaire ni le désir malin de créer une oligarchie autoritaire
et méprisante, non, c'est juste une habitude et un manque de réflexion évidente, car en France il n'y a pas de mise à jour permanente, on
est toujours au 0.01 et on a du mal avec le nouveau, le différent et surtout le libre. Pourtant Internet , les hackers et Linux nous ont montré la voie.
"Solution locale pour un désordre global" serait peut-être une solution pour un art équitable et ouvert, qui défend les valeurs humaines élèmentaires.

Si les pompiers du XIXe dictaient ce qu'il fallait peindre et comment le peindre, les "French-firemen's contemporary of art" vous dictent comment
penser et surtout comment l'exprimer, entre sophisme et club privé, le conforme, le convaincu et le convenu ont pris le dessus sur le bon sens,
la pertinence et l'évidence. Le triomphe du socio-cul, le "prix de Rome" est mort, vive la "Villa Médicis", les artistes français en bons laquais
obséquieux cirent les pompes des prédateurs financiers et politiques qu'ils devraient logiquement combattre. Une caste de l'art ,qui passe
son pouvoir à ceux qu'ils ont adoubés, créant ainsi un systéme antidémocratique à l'opposé même de tout ce qui régit les principes élémentaires
de l'art , de la liberté et de la justice. Ceux qui écrivent des régles, les écrivent pour eux-mêmes et pour servir leurs intérêts; Ils sont donc responsables
de l'état désastreux de la création en France et Ils devraient être poursuivis pénalement (Conflit d'intérêt, abus de bien sociaux, détournement de fond
et surtout racisme aggravé, lobbying, etc..). S'ils travaillaient réellement pour le bien commun et pour le rayonnement de l'art en France, ils n'auraient
jamais laissé exposer un Jeff Koons à Versailles. Il est nécessaire pour la survie de l'art en France de rendre le systéme vertueux, libre et pertinent et
surtout qu'il cesse d'être contraire à l'intérêt général. Tant que les artistes laisseront les technocrates et les institutionnels de l'art définir les modes
de fonctionnement du systéme et les régles qui limitent les champs de la création ils programmeront l'echec et l'impuissance de la création singulière
et des nouvelles visions dans le monde.

Alors que les pays dominants ont choisi avec des millions de dollars de soutenir leurs artistes dans une guerre culturelle mondiale ou chacun essaie
d'imposer sa culture comme étant la plus "über alles" avec le concours d'artistes véreux, incultes ou juste crétins ( voir sur Arte les financements de
l'expressionnisme abstrait par le gouvernement US). La France, elle, a choisi le nombrilisme béat, affichant une vision post-colonnialiste bananière
et d'opérette, avec "l'ancienne vaguelette" pour le cinéma d'essai et le "post-Duchampien" pour les plasticiens, mais attention, le label "French-tou-touch"
est obligatoire car toutes les créations françaises doivent être validées par des commissaires, des curateurs, des critiques, des directeurs artistiques
scénographes et surtout par le cabinet du ministre de la culture pour la défense d'un art sectaire et monarchiste qui doit correspondre à des normes bien
définies (comme pour l'andouillette), label institutionnel pour un formatage bien ordonné , vous êtes libre à condition de penser comme nous... et vous
pouvez créer, uniquement dans les limites fixées par nous: "Extra Ecclesiam nulla salus" ( Hors de l'Église il n'y a pas de salut ) on nous avait déjà fait
le coup avec Cyprien de Carthage, pourtant l'histoire a déjà maintes fois prouvé qu'un artiste ne rentre pas dans des cases et ne suit jamais des "protocoles"
fixés par une administration Orwellienne, sachant que seul le temps peut valider la qualité d'un artiste et de sa pertinence.

Alors chaque artiste prend sa panoplie du petit génie éjaculateur précoce avec un book déco-chic et le texte évangélique ou de propagande qui
correspond, puis bien endoctriné façon Arno Breker, part à la recherche d'une gloire factice et d'un triomphe chimérique, mais il ne sait pas que pour
accéder au marché français , ou même européen et encore "plus" mondial, peu importe le talent ou la pertinence, seul l'investissement financier et
le réseau comptent... n'importe quel petit joueur de poker vous dira qu'il ne sert à rien d'avoir un carré d'as si vous n'êtes pas à Las Vegas et surtout
si vous n'avez que deux ou trois dollars à jouer. "Il n'y a pas plus esclave que celui qui se croit libre.. " , ni plus crétin que celui qui se croit cultivé..
aurait pu rajouter Goethe.

Le marché de l'art contemporain français se porte bien.. disent les institutions...oui, pourquoi pas? la France c'est 1.5 % du marché de l'art mondial
(c'était 50 à 60% en 1950 ), 1,5% en comptant la vente d'artistes français "ultra-contemporains" comme Picasso, Braque, Matisse, Klein, etc... et le
patrimoine se vend bien au Moyen-orient et en Chine.. de facto la France est condamné à devenir un parc d'attraction de "l'art d'autrefois" , Quant aux
rares collectionneurs français , ils achétent des artistes américains anglais ou chinois, mais n'achétent pas d'artistes français car on ne spécule pas
sur ce qui ne vaut pas grand-chose. Les institutionnels francais de l'art avec leurs mesurettes inadaptées et leur contrôle absolu sont soit incompétents
soit complices et deviennent de fait les vieilles prostituées purulentes et mal-odorantes de l'art du "meilleur des mondes".

Si les politiciens véreux soumis à des financiers scélérats et à des industriels perfides essaient de nous imposer un monde dont les citoyens ne veulent
pas, si les institutions artistiques françaises imposent la vision d'un art propre, poli et servile qui flatte les eggos de ces dictateurs d'opérettes et qui ne
correspond en rien à la réalité et aux aspirations des êtres humains, alors le choix est loin d'être cornélien. D'un coté les artistes institutionnels deviennent
les yorkshires vils et collabos d'un pouvoir de plus en plus despotique, et de l'autre pour les vrais artistes il n'y a qu'une seule voie, celle du sabre,
la résistance devient alors une évidence (Entartete Kunst), la pertinence une arme et le combat une certitude, car la mort n'est rien à coté de la honte,
de la corruption et de la lâcheté.


T101

 
 

Excommunication as an obligation.

Whereas the world, following the example of the Titanic is sinking inexorably, the world of French contemporary art does everything to keep up the
obsolete privileges of an outdated world; the ship cannot sink because the musicians are still playing.

Can one defend a culture by withdrawing into oneself? Should one protect what’s already moribund?
Can one have a good vision of the future by drawing from old recipes? How in the 21st century doesn’t one put forward the plurality of the creation to
offer the amazing diversity of point of views?
Would one wish to make an exact science of the French art? or give an elite and Versailles like vision of the world? But an artist is not a subject of the
King and even less a courtier.
How to accept an outdated territorial art protectionism whereas one must fight to share, give, transmit, receive between good willing people, world citizens?
How to defend a good French like cultural blockhouse whereas Monsanto (GMO) or other scumbags are free to proceed in France and in the world?
How to defend French artists whereas our labourers and our farmers are destroyed and wiped out by a rather not very scrupulous wheeler-dealer world - wooed
by the artist world - how can we trace a cultural Maginot line whereas the world has shown us its derisory inefficiency?
And finally, how can one fight against the United-States, China or even England who are trying to impose their cultural codes, their sterile and childish vision
of the world and all that through an economical power and especially the destruction of all the other cultures?
Between decisions and visions of art officials there is an obvious antagonism and a deep separation with the choice and visions of the artists in love with
freedom and justice. Is it difficult to understand that the worst of oxymoron is to be “art civil servant”?

When one is against racism it’s logical to be for the right to be different, when one is for freedom and justice one can but fight against dogma and
fundamentalism, when one is curious and open minded one can even accept what seems to be the most unlikely, the furthest from us, remain accessible,
those who are the most cultivated and the brightest know with humility to what extend their ignorance can go and always go for a constant questioning attitude.
When one respects and is concerned about other cultures, therefore one must stop saying that Greece is the Cradle of Humanity, unless having a sectarian
and imperialist vision of the world –like Amaricans or the Chinese – that the Mahabharata is worth the same as the Iliad, there were some extraordinary
civilisations in Indus Valley, in Asia, in the Middle East and in South America so how can we ignore and wipe out their memories in favour of a “White Greco
Roman culture”?, a rotten thought with foul smells- “Gleichschaltung”- arrogant institutional oligarchs who through cowardice or duplicity refute the obvious facts
in order not to push aside dogmas are already obsolete- in world the discovery of the pyramids, in Turkey Göbekli Tepe sites, in Japan Yonaguni sites or in
Bolivia Tiwanaku ruines can radically change the way we see the world, art and history.

A new Academy is born in France, turned towards the past, it’s neither on purpose nor a sly desire to create an authoritarian and despising oligarchy, no,
it’s just a simple habit and a lack of obvious thinking, because in France, there isn’t a constant updating. We are still at 0.01 and have difficulties with
what’s new, what’s different and above all, what’s free. Yet, the internet, the hackers and Linux have shown us the way.
“Local solution for a global disorder” would probably be a solution for a fair and open art which defends basic human values.

If 19th century firemen told you what to paint and how to paint it, "French-firemen's contemporary of art" tell you how to think and specially how to express it
between sophism and private club, the conformal, the convinced and the agreed have taken over on the common sense which are the relevance and the
obvious. The triumph of mainstream culture, ”Prix de Rome” is dead long live ”Villa Medicis”. Artists, like good obsequious lackeys, suck up the financial
and political predators instead of logically fighting them.
A caste of art handing over its power to those who have dubbed it, therefore creating an antidemocratic system complete opposite to what is led by basic
principles of art, of freedom and justice. Those who write up the rules only do it for themselves in order to serve their own interest. So they are responsible
for the disastrous state of creation in France and they should be prosecuted (conflict of interest, misuse of company property, embezzlement, and especially
aggravated racism, lobbying, etc.) If they had really worked for the general well-being and for art to shine in France, they would have never exhibited
Jeff Koons in Versailles . In order for art to survive in France, there is a need to make the system virtuous, free, pertinent and above all stop making it being
opposite to general interest. So long as artists let the technocrats and art institutions define the way the system works and make rules which restrict the borders
of creation, they will program the failure and helplessness in front of a unique creation and new visions in the world.

While leading countries have chosen to support their artist by investing millions of dollars in a world cultural war where each of them tries to impose their
culture being the most "über alles" with the help of crooked, uncultivated or just stupid artists (see on ARTE US government financing abstract expressionism),
France on the other hand, has chosen a smug self-absorption attitude showing a post-colonial vision which is any banana republics with the former wavelet
for the art house cinema .. but beware, as a label, the “French tou-touch” is compulsory because all French creations must be approved by commissioners,
curators, art critics, art director designers and especially by the Minister of Culture Office to defend a sectarian and monarchist art which must correspond
to some precise norms (like for the andouillette), an institutional label for an orderly formatting, you are free as long as you think like us and you can create
only within the limits fixed by us: "Extra Ecclesiam nulla salus" (There is no salvation outside the Church). We had already to undergo this with Cyprian from
Carthage yet as seen so many times in history, an artist does not fit in any box and never follows any “protocols” fixed by an Orwellian administration,
knowing that only time can approve the quality and pertinence of an artist.

So each artist takes their panoply of a little early ejaculator genius with a chic designed book matching with the evangelical text or propaganda then well
indoctrinated in a Arno Breker’s way, goes in search for a false notoriety and a fanciful triumph but they don’t know that in order to reach the French, or even
European and even “more” world market, no matter the talent or discernment, the only thing that matters is a financial investment and a competent network…
any small poker player will tell you that there is no use having a four of a kind if you are not in Las Vegas and especially if you don’t have a dollar or two to
gamble with. “None are more hopelessly enslaved than those who falsely believe they are free”, not more stupid than those who feel they are cultivated could
have added Goeth.
French contemporary art market is doing well …so say the institutions…yes, why not? France is 1.5% of the World art market - in 1950, it used
to be 50 to 60% - 1.5% if we count “ultra - contemporary” French artists sales such as Picasso, Braque, Matisse, Klein, etc. and the heritage is very well sold
in the Middle-East and in China… de facto France is … to become a theme park of “old days art”.
As for the rare French art collectors, they buy American, English or Chinese but not French as you don’t speculate on what’s worth hardly anything. French art
institutionals with their inadequate scoops and their extreme control are either incompetent or accomplice and therefore become old, purulent and
malodorous/smelly prostitutes of art of the “ Brave New world”..

If the shady politicians submissive to villainous financial people and deceptive industrials try to impose us a world the citizens don’t want, if French art institutions
impose the vision of an art which is clean, polished and servile flattering the egos of those operettas dictators and which does not match at all the reality and
aspirations of mankind, therefore the choice is far from being Cornelian. On one hand, institutional artists become vile Yorkshires collaborating with a growing
despotic power and on the other hand for the true artists, there is only one issue: the sword, resisting then becomes obvious (Entartete Kunst), the relevance of
a weapon and fighting a certainty, because death is nothing compared to shame, corruption and cowardice.

T101 (Traduction par Nikou Collis)

 

 

02