01 01  
 

Comme d'habitu’deu
(Xavier Veilhan  choisi pour représenter la France
à la Biennale de  Venise  en 2017)
Par Claude Francois

 
 

 

Je me lève et je te bouscule
Tu n’te réveilles pas
Comme d'habitude
Sur toi je remonte le drap
J'ai peur que tu aies froid
Comme d'habitude
Comme d'habitude, toute la journée
Je vais jouer à faire semblant
Comme d'habitude je vais sourire
Comme d'habitude je vais même rire
Comme d'habitude, enfin je vais vivre
Comme d'habitu’deu

Telle doit être le sentiment de pas mal d'artistes français aujourd'hui face à la nomination sans surprise de Xavier Veilhan pour représenter la Frânce à la Biennale de Venise (mis à part les intriguants déçus qui pensaient enfin obtenir la suprême consécration).

Xavier Veilhan? Connais pas… Telle est la réaction générale des étrangers face à l'énoncé de ce nom. Et ce n'est pas étonnant, face à l'inanité académique désinhibée des oeuvres génériques de l'artiste. Mais, bien sûr, pour qui fait cârrière en Frânce, cette nouvelle n'est pas surprenante  : Christine Macel, Conservatrice en chef au Musée national d'art moderne depuis 2000, après un passage au ministère de la Culture en tant qu’inspectrice chargée de la création artistique au sein de la délégation aux Arts plastiques, est aujourd’hui la commissaire générale de la 57e Biennale de Venise. Ses meilleurs amis? Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-arts de Paris (attention les demoiselles, iLHOOQ!) et … Xavier Veilhan!

Non, c'est certain, la transparence et la redistribution des places fonctionnent à leur plein régime au Ministère.

Extrait d’une conversation entendue au hasard depuis l’annonce de la nomination  :

Artiste français: Pourquoi ne pas avoir nommé Barthélemy Toguo, par exemple  ? Il travaille en France, et depuis longtemps, non  ?

Rapporteur au Ministère français: Bof, et puis je ne vois vraiment pas pourquoi vous râlez. D'ailleurs, Xavier a fait une belle sculpture à Courchevel. Et puis, c'était pas mal son truc à Versailles, non  ?
Artiste français: Mouais… Comme d’habitude. Cela étant dit, on a eu chaud quand même, on a évité de peu d'avoir une fois de plus Anri Sala, l’autre ami de Christine Macel. Ca aurait pu être pire, ouf.

Jusqu'ici, tout va bien, donc. La France est saine, et sauve. A l'heure où l'on tente encore une fois de supprimer le statut des intermittents du spectacle, où celui - calamiteux - des artistes plasticien n'est quasiment jamais discuté publiquement et qu'aucun média national ne s'en est fait l'écho jusqu'ici, sans parler du machisme structurel à l'oeuvre dans le partage de la visibilité et des chances aux acteurs de l’art, il est rassurant de voir notre Belle Frânce (le pays de mon enfance) être bien représentée, nette et propre derrière les oreilles, par Xavier, "un artiste dégagé" comme disait l'autre. Allez, salut l'artiste (et tant pis si je me trompe)!

Par Claude Francois

GCHOoQ 2017 "Monument à la Kulture French tou-touch"

 
  101  
 
 
 

 

 

 
 

 

 

 
 

 

 

 
 

 

 

 
 

 

 

 

Tweet